mercredi 15 mars 2017

TRAVAUX D' ENTRETIEN DE LA LIGNE DU MÉDOC (3)

Comme toutes les lignes ferroviaires, la ligne Bordeaux-Le Verdon a besoin d'un entretien suivi et régulier des installations (voie, caténaire, signalisation...). La création des 9 allers-retours   Macau-Pessac a sérieusement réduit les intervalles de temps nécessaires aux opérations complexes d'entretien. Pour effectuer notamment les travaux d'entretien des installations de traction électrique entre Bruges et Macau, SNCF a programmé d’interrompre totalement la circulation ferroviaire pendant plusieurs heures consécutives du 28 février au 17 mars 2017 (sauf samedis et dimanches).SNCF a avisé les voyageurs  par affichage dans les gares et sur le site SNCF horaires.
LES CONSÉQUENCES POUR LES USAGERS :
1)  Sur la relation Bordeaux-Lesparre-Le Verdon : 6 TER sont remplacés par 6 bus circulant dans des horaires modifiés compte tenu de l'impossibilité pour les bus de respecter l'horaire des TER.
2)  Sur la relation Pessac-Macau : SNCF a supprimé 10 TER et n’a prévu que 4 bus pour remplacer ces 10 circulations. Le taux habituel de remplissage (1%) des TER Pessac-Macau explique en partie ce choix. SNCF n’a pas eu tort de prendre cette décision puisque les 4 bus de remplacement ont souvent circulé à vide.
UN CYCLO-POUSSE OU RICKSHAW AURAIT SUFFI POUR REMPLACER LES TER MACAU-PESSAC
Le vendredi 3 mars 2017, à 11 heures 54, le car spécial Kéolis de 50 places est parti A VIDE de la gare de Pessac. 
Le vendredi 10 mars 2017, à 11 heures 50 en gare de Pessac un bus "SPECIAL " de 50 places attend. Une affiche indique sa destination, les arrêts desservis, l'horaire. Le conducteur est seul à bord. Je le salue. 11 heures 52 deux voyageurs montent dans le bus. 11 heures 54 le bus s'élance. 
11 heures 55 j'enfourche ma bicyclette : direction Mérignac-Arlac (1er arrêt du bus que le bus doit atteindre) distant d'environ 3 km. J'emprunte en grande partie l'itinéraire des bus des lignes 23 et 42 qui assurent quotidiennement la liaison entre les gares de Pessac et Mérignac-Arlac en 10 minutes avec des arrêts intermédiaires. Sans forcer j'arrive à Mérignac-Arlac bien avant le bus « spécial" qui a suivi un itinéraire plus long par Pellegrin.
12 heures 08, le bus arrive et se gare à l'emplacement réservé à cet effet. Aucun voyageur.
12 heures 09, le bus repart avec ses 2 voyageurs ; je remonte sur ma bicyclette direction Caudéran- Mérignac (2 ème arrêt) distant de 2 km et j'emprunte les routes qui longent la voie ferrée ; j'arrive à la gare bien avant le bus.
12 heures 17, le "spécial " Macau s’arrête et tous les voyageurs (2) descendent. Le couple monté à Pessac, tout surpris de me revoir, me demande comment je suis venu si vite : je leur désigne mon engin non motorisé et non polluant ; comme ce n'est pas l'heure de départ, je discute un peu avec le conducteur qui reconnaît qu'il a dû suivre l'itinéraire imposé qui lui permet d'arriver dans le bon sens. Je souhaite bonne route au conducteur qui repart à vide en direction de Macau.
Le lundi 13 mars, à 11h54, à Pessac, départ du bus Kéolis (50 places) – Aucun voyageur. Ni à Mérignac-Arlac, ni à Caudéran-Mérignac. Ces 2 points d’arrêt étant les plus fréquentés de la ligne, je n’estime pas utile de suivre le bus à vélo. 

Lors des 3 constats, un cyclo-pousse aurait suffi. Pourquoi le Conseil Régional a investi 25,6 M € d'infrastructure et ainsi fait circuler des TER offrant 270 places assises alors qu'il n'y avait pratiquement pas de besoin et  qu'une correspondance entre TER et bus des lignes 23 et 42 existait à Mérignac-Arlac ?
REMARQUE :
Selon le dossier d’enquête publique : Les dessertes PESSAC-MACAU devaient apporter une augmentation de fréquentation de 600 voyageurs/jour, dont 279 devaient monter et descendre à PESSAC. C’est au vu de ces chiffres que le Tribunal Administratif de Bordeaux avait considéré ce projet comme étant d’intérêt général.
Depuis la mise en service et au vu du nombre de voyageurs transportés, on peut constater qu’il s’agit d’un projet d’intérêt particulier.  Germain Suys




Aucun commentaire: