Rechercher dans ce blog

dimanche 14 janvier 2018

INTERVIEW DE ATGM PAR RADIO CAMPUS BORDEAUX :

Merci à Radio campus Bordeaux qui nous a fait l’honneur de nous recevoir. Comme chaque fois  qu’elle a compris que nos causes citoyennes avaient besoin d’être accompagnées.



mercredi 10 janvier 2018

MESSAGE DU MAIRE DE TALENCE DEPUIS SON FACEBOOK

Ce message d'Emmanuel Sallaberry, Maire de Talence, a été transféré depuis son compte Facebook pour que tous les citoyens puissent en prendre connaissance et éventuellement réagir sur ce blog.
_____________________________________________________________________________________________
La halte Médoquine est une solution indispensable à l'inter-modalité entre les différents transports collectifs urbains, à la décongestion progressive du traffic. Je m'étonne que dans son entretien à Sud-Ouest Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine, ne mentionne pas explicitement le projet, crucial, de la réouverture de la gare multi-modale Talence Médoquine, sur lequel j'attends un soutien clair et ferme de la Région.

Je constate que la Région, collectivité compétente en la matière, a toujours fait état d'études non concluantes de la part de SNCF Réseau pour reporter la réflexion sur le projet et favoriser d'autres lignes de desserte, au trafic pourtant bien décevant.

La halte permettra de desservir un bassin d’emploi dense (CHU Pellegrin, CH Charles Perrens) ainsi que le Campus universitaire (plus de 60 000 étudiants) pour atteindre un potentiel de fréquentation estimé à 800 voyageurs / jour sur les lignes d’Arcachon et du Verdon. Désormais, nous sommes dans l’attente d’une note complète et argumentée de 
#SNCFRéseau répondant à la demande de création d’une halte TER à Talence, souhait unanimement partagé par les talençais, la Ville et la Métropole, présidée par Alain Juppé.

Alain Rousset "L’absence de planification urbaine a créé l’asphyxie" 15/12 
Sudouest.fr Bordeauxhttps://goo.gl/1tn37b
photo archive " L’heure des stratèges…" 06/2016
#SOBordeaux https://goo.gl/Jfj9S8

#Talence #Campus #Transports#NouveauxÉquilibres
 – à Mairie de Talence.
J’aimeAfficher plus de réactions


4 commentaires
Commentaires
Josiane Desguers C'est clair
J’aimeAfficher plus de réactions
 · Répondre · 
1
Regis Castex Ce sujet est un serpent de mer et Mr ROUSSET n'a que faire des difficultés d acces de ce secteur qui ne concerne pas que la commune de Talence.
Il valait mieux faire avancer le projet de raccorder cette ligne à sa gare de Pessac à grand coup de milli...
Voir plus
J’aimeAfficher plus de réactions
 · Répondre · 
3
Christian Pene On a un président de région fantôme que ce soit en terme de transport type chemin de fer ou pour le désengagement de la rocade de Bordeaux.
J’aimeAfficher plus de réactions
Monique Guirbal Monsieur Rousset n'aime pas les Talencais il à toujours été contre ,toutes les demandes .
Il y a que Pessac ancien maire.
_________________________________________________________________________________
Dans le journal Sud-Ouest de ce 10 janvier 2018, JF Renaut a rédigé un article : http://www.sudouest.fr/2018/01/10/une-ville-crucifiee-mais-pas-en-panne-d-idees-4097771-3229.php http://www.sudouest.fr/2018/01/10/une-ville-crucifiee-mais-pas-en-panne-d-idees-4097771-3229.php 
Pour les non abonnés qui ne peuvent lire tout l'article, voici la phrase du Maire de Pessac pleine d'intérêt : « Il faut absolument rouvrir la gare de la Médoquine à Talence et, dans une perspective plus lointaine, créer un axe Cenon-Gradignan par le tramway. »

  





mardi 2 janvier 2018

RADIO CAMPUS INTERVIEWE ATGM

JEUDI 11 JANVIER 2018  DE 12 H A 12H30
« RADIO CAMPUS BORDEAUX » (88.1 FM BORDEAUX) 
RECEVRA EN INTERVIEW  
GERMAIN SUYS, PRÉSIDENT DE « l’ASSOCIATION TALENCE GARE MULTIMODALE » 

vendredi 22 décembre 2017

C.R. DE LA RÉUNION AVEC LE MAIRE DE PESSAC, DES ASSOS, DES RIVERAINS

Compte rendu de la réunion du 20-12-2017 à la mairie de Pessac à la suite du mécontentement des riverains de la gare de Pessac depuis la mise en service de la ligne Macau-Pessac (triangle des Echoppes).
 
A la demande des riverains de la gare de Pessac, excédés des nuisances provoquées par le stationnement des TER Pessac-Macau mis en service le 11-12-2016, Monsieur le Maire de Pessac a organisé une réunion le 20-12-2017 en Mairie de Pessac où étaient invités la SNCF, la Région Aquitaine et les riverains de la gare de Pessac ; à la demande des riverains, les associations Trans’CUB et Talence Gare Multimodale étaient aussi présentes.
La SNCF était représentée par 3 dirigeants des services concernés, la Région avait délégué un conseiller régional pessacais qui, d’emblée a reconnu qu'il n'était pas spécialiste transport. Après un rapide exposé de l'objet de la réunion, Monsieur le Maire a donné la parole aux riverains pour exposer leurs griefs sur le sujet.
Plusieurs riverains prirent la parole pour se plaindre
1) du stationnement particulièrement polluant des TER thermiques (pollution atmosphérique liée au carburant, pollution phonique, pollution vibratoire), mais également des vibrations ressenties avec les TER électriques stationnant à proximité de leurs habitations.
2) des coups de klaxon des trains circulant sur la voie contiguë aux TER lorsqu'ils stationnent. Les 30 à 40 riverains présents étaient unanimes pour reconnaître ces gênes comme intolérables parce que trop répétitives et continues. Un associatif a par ailleurs rappelé que l'étude environnementale relative à la construction du triangle des échoppes avait été totalement insuffisante puisqu'elle n'avait pris en considération que la circulation de TER électriques et n'avait pas tenu compte du stationnement en gare des TER Pessac-Macau, alors que ce stationnement est d'environ 5 heures par jour et qu'il est d'autant plus gênant lorsque les TER sont thermiques. Il a  souligné que les riverains présents dans la salle étaient plus nombreux que les voyageurs journaliers empruntant les TER à Pessac et qu'il était dans ces conditions normal de se poser la question sur l'utilité de cette desserte ; il a rappelé qu'avant la construction du triangle des échoppes les voyageurs des TER avaient la possibilité de prendre à Arlac-Mérignac la correspondance prévue avec les bus 23 ou 42 pour rallier la gare de Pessac et surtout que le taux de remplissage  des TER avoisinait 2% à Pessac ( chaque TER offre 171 places assises).
Monsieur le Maire a indiqué, qu'en tant que Maire de Pessac, c'était un élément à prendre en considération dans l'intérêt général de la population.
Monsieur le Maire de Pessac a donné la parole au représentant de la Région N.A. qui contesta le peu de fréquentation des TER Pessac-Macau trouvant les critiques excessives à l'égard d'un projet de création d'une liaison ferroviaire nouvelle dont il fallait attendre encore les effets. Il rappela le rôle de la Région, dédouana celle-ci et reporta toute la responsabilité sur le manque de réactivité de la SNCF et le comportement de certains de ces agents. Ces propos choquèrent une bonne partie de l'assistance.
Les représentants de la SNCF s'excusèrent des désagréments infligés aux riverains et expliquèrent objectivement les causes : les difficultés à ne faire circuler que des circulations électriques dues essentiellement à une caténaire de 83 ans, donc fragile ; chaque incident, chaque période d'entretien se traduit malheureusement par le remplacement des TER électriques par des TER thermiques parce qu'il faut continuer à acheminer les usagers ; en plus en période de givre ou de forte chaleur, il est préférable de circuler thermique compte tenu de la fragilité de la caténaire car si celle-ci était avariée cela se traduirait par plusieurs jours de traction thermique : le temps de remise en état des installations. Enfin l’un d’entre eux a souligné que dans les périodes de forte consommation d'électricité, EDF demandait à la SNCF de faire circuler en thermique là où c'était possible afin d'éviter des coupures de courant au niveau national ; c’est arrivé durant l'hiver dernier ; ensuite, il s'est engagé à aviser les conducteurs de TER pour que ceux-ci tiennent compte de la particularité de la gare de Pessac située en zone urbaine et qui n'a pas été conçue à son origine pour y faire stationner des TER. Il a reconnu qu'il était possible de réduire de 48 à 20 minutes les nuisances liées au stationnement et qu'il prendrait les dispositions pour qu'il en soit ainsi ; concernant le klaxon des trains de passage, il va se renseigner pour voir si, réglementairement, il peut faire supprimer cette obligation et si cela est possible, il fera le nécessaire pour obtenir une dérogation pour la zone de Pessac ; SNCF Réseau a annoncé qu'en février 2018 le train dérouleur-caténaire ausculterait la caténaire de l'ensemble de la ligne de Talence au Verdon et améliorerait son état, ce qui devrait réduire sérieusement les incidents et le nombre de circulations thermiques ; comme nous sommes en hiver, SNCF Réseau ne peut garantir qu'il n'y aura pas d'incident avant février 2018. A la demande d'un riverain, un des responsables SNCF a donné son adresse mail pour signaler tout problème rencontré.
Monsieur le Maire a remercié les responsables SNCF pour leurs interventions et leur volonté manifeste d'améliorer une situation difficile née de la création des navettes Pessac-Macau.
Un participant associatif a rappelé que le jour de l'inauguration du triangle des échoppes, le Directeur Régional de SNCF Réseau avait, dans son discours, souligné que l'ouverture de cette ligne n'aurait jamais été réalisée sans la volonté du Président de la Région N.A. et sans le financement de la Région. Trans'Cub a fait le bilan de cette mise en service : le dossier d'enquête publique indiquait que la fréquentation de la ligne Bordeaux-Le Verdon (411 000 voyageurs en 2010) passerait à 639 000 après une année de mise en service du triangle des échoppes ; après une année la fréquentation de la ligne est tombée à 300 000 voyageurs, notamment du fait du remplacement de 4 allers-retours Bordeaux-Macau par 4 allers-retours Pessac-Macau.
Avoir investi 25,6 M € pour l'infrastructure, 4 pour le matériel roulant et avoir un déficit annuel d'exploitation de 1,4 M€ pour une perte d'usagers, il est urgent d'abandonner l'exploitation de cette ligne pour reprendre l'ancienne desserte vers Bordeaux avec arrêt des TER à Talence Médoquine.
Monsieur le Maire a fait une synthèse complète de tous les points évoqués et a proposé une nouvelle rencontre à tous les participants dès que la Région aura communiqué la fréquentation des TER Pessac-Macau et regardé ensemble la solution d'intérêt général à mettre en œuvre.

Germain Suys, Président de ATGM

LE FIASCO DES CHOIX FERROVIAIRES DU PRÉSIDENT DE LA REGION N. AQUITAINE

La Région Nouvelle Aquitaine a fait le forcing pour créer 2 nouvelles lignes ferroviaires : l'une entre Oloron et Bedous, l'autre à Pessac ; 2 investissements importants de 120 et 30 M € pour une très faible fréquentation. 
Malgré les échecs flagrants de ces 2 réouvertures de ligne ferroviaire, la Région Nouvelle-Aquitaine veut récidiver en rouvrant la ligne entre Bedous et Canfranc (un investissement de + de 400 M€ pour une fréquentation quasi nulle) ; la Région utilise les mêmes méthodes avec des annonces de fréquentation surestimées qui ne seront jamais atteintes. Alors que la Région n’ouvre pas Talence qui a un vrai potentiel et n’investit pas pour entretenir les lignes en exploitation. Que vont devenir ces lignes ? Sacrifiées pour Bedous-Canfranc.

A) Le FIASCO OLORON -BEDOUS

Voici 2 vidéos révélatrices :
La fréquentation des bus était autrefois de 3 voyageurs. Les TER qui les ont remplacés offrent 84 places assises et transportent 3 voyageurs ; fallait-il investir 120 M€ pour ce résultat décevant ?

B) LE FIASCO DU TRIANGLE DES ECHOPPES A PESSAC
  Le 11-12-2016, le triangle des échoppes à Pessac a été mis en service. A cette occasion les liaisons TER de la ligne du Médoc ont été modifiées comme suit :
1) la semaine :
         a) les 4 allers-retours Bordeaux-Macau ont été transformés en 4 allers-retours Pessac-Macau ; la fréquentation de ces 8 TER a chuté car Pessac est loin d'être aussi attractif que Bordeaux Saint Jean ; c'était une évidence que nous avions soutenue lors de l'enquête publique et lors du recours auTribunal Administratif.
        b) 5 allers-retours Pessac-Macau ont été créés ; un an après la mise en service voici les résultats des comptages effectués dans les 10 TER ; les 10 TER n'ont acheminé au total que 37 voyageurs, un TER a même voyagé à vide sur l'ensemble du parcours, un autre en a transporté 8 mais il n'y a eu que 6 voyageurs au maximum ensemble dans le TER. Le taux de remplissage des TER créés varie de 0 à 3% car un AGC (autorail de grande capacité) offre 171 places.
2) les samedis et dimanches :
6 allers-retours Pessac-Macau ont été créés ; ces 24 TER ont transporté au total 73 voyageurs (un peu plus de 3 voyageurs par TER). Lors de l'enquête publique et au Tribunal Administratif nous avions soutenu que la fréquentation serait très faible et que ces dessertes ne se justifiaient pas. (même remarque concernant le taux de remplissage).
 La fréquentation des autres TER de la ligne Bordeaux-Le Verdon est également en baisse car les horaires de certains de ces TER ont été modifiés en raison de la création des TER Pessac-Macau, mais aussi en raison de la mise en service de l'extension de la ligne C du tram jusque Blanquefort (argument que nous avions également soutenu lors de l'enquête publique et au Tribunal Administratif).
 Le dossier d'enquête publique de juillet 2013 de Réseau Ferré de France indiquait que la fréquentation de la ligne Bordeaux-Le Verdon qui était de 411 000 voyageurs en 2010 passerait à 639 000 voyageurs dès la première année grâce à la mise en service du triangle des échoppes à Pessac (au lieu de 459 000 si le triangle n'était pas mis en service). Le dossier d'enquête publique avait même présenté un « bilan pour les tiers » issu de l'étude socio-économique et avait ainsi brillamment démontré que grâce aux 180 000 voyageurs gagnés par le fer sur la route, la collectivité aurait un gain de 7,57 M € se répartissant ainsi :
  réduction de l'insécurité routière                  1,26 M €
  réduction de la pollution atmosphérique        0,41 M €
  réduction de l'effet de serre                         0,44 M €
  réduction de la congestion routière               5,47 M €.
La fréquentation de 2017 sera voisine des 300 000 voyageurs (environ 100 000 voyageurs en moins qu'en 2010 - 339 000 en moins que les prévisions du dossier d'enquête publique. Une étude socio-économique effectuée à partir des résultats constatés de fréquentation donnerait, compte tenu du nombre de voyageurs perdus par le fer, un bilan négatif d'environ 4 M € pour la collectivité. Ces 4 M € sont à ajouter au coût de l'investissement pour l'infrastructure (25,6 M €) à celui du matériel roulant (un AGC : 3 ,5 M €) et au déficit annuel d'exploitation qui sera bien plus élevé que les 1,4 M €annoncés par le Conseil Régional, compte tenu de la baisse de fréquentation.
Les TER circulent souvent en traction thermique et stationnent, moteur en marche, à proximité des résidences des riverains (pollutions atmosphérique et phonique). L’enquête environnementale a été faite en considérant que tous les TER étaient électriques et sans tenir compte du stationnement des TER à proximité des habitations. Construire au coeur d'une ville à quelques mètres des habitations une voie ferrée sur laquelle allaient stationner pendant 5 heures par jour des TER vrombissants était-ce bien raisonnable ?
 Le 12-12-2016, jour de l'inauguration, le Directeur Régional de RFF (devenu SNCF Réseau) avait souligné que ce projet n'aurait jamais vu le jour sans la volonté du Président de la Région Aquitaine qui avait financé à 79,5% l'infrastructure et entièrement le matériel roulant.
 Un an après la mise en service c'est le constat d'un fiasco annoncé. A quoi servent ces dossiers d'enquête publique ? Sinon qu'à faire croire qu'il y a participation du citoyen : une véritable mascarade organisée.
Que fait-on de ce triangle des échoppes qui coûte très cher et ne transporte que très peu de voyageurs ?
N'est-il pas temps d'arrêter la gabegie et d'envisager une solution meilleure : remettre l'origine et le terminus des TER à Bordeaux Saint Jean, avec arrêt à Talence Médoquine ?
Germain Suys, Président de l’Association Talence Gare Multimodale


mardi 28 novembre 2017

ENCORE UN EXEMPLE DE GASPILLAGE D'ARGENT PUBLIC PAR LA RÉGION N-A

ENCORE UN EXEMPLE DE GASPILLAGE D'ARGENT PUBLIC PAR LA RÉGION NOUVELLE AQUITAINE 

2 vidéos : l'une « l'œil du 20 heures » de France 2, l'autre de TNT n° 23 ; elles traitent du même sujet : le gaspillage d'argent public par les élus.
https://www.youtube.com/watch?v=MWUGScx2S2Q&t=24s   ( le mensonge du Canfranc )
Oloron-Bedous n'est que la 1ère étape d'un gaspillage plus important projeté par la Région ; SNCF Réseau, sur demande de la Région, a étudié le prolongement de la ligne à voie unique Oloron-Bedous vers Canfranc et a conclu que le projet n'était pas intéressant sur le plan socio-économique ; la région N.A. a donc demandé à un cabinet de prouver le contraire. Sur les bases de l'étude de SNCF Réseau, le cabinet a notamment estimé que la fréquentation annuelle de la ligne augmenterait de 130 000 voyageurs grâce à la desserte supplémentaire des 2 haltes d'Etsaut (83 habitants) et d'Urdos (68 habitants), 6 fois par jour ; qui peut croire de telles hypothèses ? Bien entendu, la Région avait rechigné pour présenter aux opposants l'étude de ce projet farfelu. 
Cette étude n’a été communiquée par la Région Nouvelle Aquitaine qu’après avoir été enjointe de le faire par le Tribunal Administratif ; 

Quelques commentaires du Président de l'association CROC qui s'est opposée à l'ouverture de la ligne Oloron-Bedous :
« Pour être originaire et domicilié dans ce terroir, je connais le faible potentiel de cette voie ferrée avec sa déclivité de 4,3 % qui limite considérablement la masse transportable, sa sinuosité et ses courbes sévères qui diminuent sa vitesse (50,6 km/h) entre Oloron et Bedous. L'unicité de cette voie entre Pau et Huesca (230 kms) limite aussi le nombre de convois pouvant circuler en même temps. Je ne compte même pas les coûts d'électrification, ni le défaut d'harmonisation d'écartement des rails.
Quand une délégation de notre Association a été reçue par le Préfet, une question lui a été posée en vain : « M. le Préfet, vous allez être peut-être la 1ère personne qui va être en mesure de nous dire l'intérêt qu'il y a de dépenser 120 millions de travaux pour transporter 2 ou 3 personnes dans un train de 84 places assises, en remplacement d'un autobus de 58 places assises ».
Dans les forums nous avons lu beaucoup les réponses des partisans de ce projet: « Ça va être superbe », « C'est une bonne nouvelle », « Vivement ce train pour aller boire une sangria à Canfranc », « Je vais vivre cette réouverture comme une résurrection de mes parents qui ont participé à sa construction », ça me rappellera le temps où j'empruntais ce train avec ma mamie qui m'achetait du chocolat », « On pourra choper une cuite pas cher et ramener du jaune et des clopes pour les revendre », « Avec le paquet de clopes à 10 euros, ce train va faire un tabac ».
Au terminal de Bedous, le site de la SNCF a recensé une fréquentation journalière de 24 passagers pour l'ensemble des 8 trains. Et cette moyenne chutera encore l'année prochaine sans le recensement des 3000 passagers qui ont bénéficié de la gratuité du billet payé par la Région pour participer à l'inauguration sous les flonflons, accordéons, chansons et allocutions. »
Le triangle des échoppes à Pessac est un autre exemple de gaspillage d'argent public. La semaine prochaine, vous sera communiqué le bilan de la fréquentation du Triangle des Echoppes après un an d’exploitation.

Germain Suys

La réouverture controversée de la voie ferrée entre Oloron et Bedous :


Ne manquez pas de consulter les commentaires ci-dessous; ils sont parfois plus instructifs que l'article lui-même.

lundi 6 novembre 2017

LES INSTALLATIONS DE TRACTION ÉLECTRIQUE DE LA LIGNE BX-LE VERDON

Les conséquences du mauvais état des installations de traction électrique de la ligne Bx Le Verdon

L'électrification de la ligne Talence Médoquine - Le Verdon a eu lieu le 5 juillet 1934.
Depuis plusieurs années la vétusté des installations de traction électrique, communément appelées caténaire, est à l'origine de nombreux incidents, entraînant chaque fois retards importants des usagers, nombreuses suppressions de trains et circulations thermiques.
En 2015, lors d'une réunion organisée par la Région Aquitaine et SNCF avec les usagers de la ligne, SNCF Réseau reconnaissait 10 incidents en 2012, 4 en 2013, 8 dans le 1er semestre 2014. Face à la répétition des incidents, SNCF réalisait un examen de la caténaire du 31-3-2014 au 18-4-2014 au moyen d'un engin de surveillance des caténaires. Sur les 100 km de la ligne, 235 points ont été recensés où le remplacement partiel de tronçons de caténaires était nécessaire. SNCF a investi 500 000 € pour régénérer la caténaire aux points les plus critiques. SNCF Réseau concluait
ainsi le compte rendu de la réunion : « Il faut privilégier les circulations thermiques sur cet axe ».
Malgré ce constat, SNCF Réseau projetait dans le dossier d'enquête publique concernant le triangle des Echoppes de créer 10 allers-retours (20 trains) en traction électrique entre Pessac et Macau : l'étude d'impact environnemental a été faite sur la base de circulations électriques moins bruyantes et moins polluantes que les circulations thermiques.
Après que SNCF Réseau et Région Aquitaine ont soutenu devant le Tribunal Administratif les 19-11-2014 et 3-3-2016 que les TER seraient électriques comme indiqué dans le dossier d'enquête, les navettes Pessac-Macau ont été mises en service le 11-12-2016. Les premiers jours les TER étaient électriques mais chaque incident caténaire était suivi de circulations thermiques. L'état de la caténaire se détériorant de plus en plus, SNCF Réseau interrompait la circulation entre Bordeaux et Le Verdon et entre Pessac et Macau de 9 à 16 heures du 28-2-2017 au 17-3 -2017 pour entretenir les installations de traction électrique. Pendant cette période 224 TER ont été supprimés et 140 bus ont été mis en service.
Après cette période de travaux, la circulation a repris normalement mais la caténaire a toujours 83 ans et SNCF Réseau a dû à nouveau interrompre la circulation ferroviaire entre Bordeaux et Le Verdon et entre Pessac et Macau de 9 à 16 heures du 4-9-2017 au 22-9-2017 pour entretenir les installations de traction électrique ; pendant cette période, 240 TER ont été supprimés et 150 bus ont été mis en circulation. Malgré ces travaux, nouvel incident caténaire le 8-10-2017 (un TER arrache 120 mètres de caténaire). Suite à l'incident, les TER circulent à nouveau en traction thermique.
SNCF Réseau interrompt la circulation ferroviaire entre Pauillac et Lesparre du 11 -10-2017 au 13-10-2017 pendant 6 heures pour remettre les installations en état ; 12 TER seront remplacés par des bus pendant cette période.
Il serait présomptueux de dire que de tels incidents ne se reproduiront plus : la caténaire a toujours 83 ans et son état ne s'améliorera pas. Un renouvellement s'impose mais SNCF Réseau, en obéissant à la volonté du Président de Région de construire le triangle des échoppes, a fait le mauvais choix en investissant dans le triangle des échoppes plutôt que dans le renouvellement de la caténaire. Il est incontestable que le mauvais état de la caténaire perturbe grandement la circulation des TER : c'est sur cette ligne que le taux de TER supprimés est le plus élevé. Il n'est pas étonnant dans ces conditions que la fréquentation de la ligne chute de façon importante.
Après chaque incident la SNCF se voit contrainte de faire circuler les TER en traction thermique ce qui a pour conséquence de gêner les riverains de la gare de Pessac. L'étude d'impact environnemental a totalement négligé le stationnement en gare des navettes Pessac-Macau alors que la voie créée se trouve en zone urbanisée : une carence supplémentaire du dossier d'enquête publique du triangle des Echoppes. Excédé, un riverain a fait cette réflexion : « les TER Pessac-Macau gênent plus de riverains qu'ils ne transportent de voyageurs. » C'est malheureusement vrai.  Le pire est que le Président de Région et le précédent Maire de Pessac qui ont voulu ces TER se sont ensuite opposés à la construction de murs antibruit !
La reconstitution du triangle des échoppes a nécessité un investissement de 25,6 M € d'infrastructure et le coût d'un Autorail de Grande Capacité 5M € ; les navettes Macau-Pessac creusent le déficit annuel d'exploitation de 1,4 M€ ;
la fréquentation des navettes est très faible ; faut-il continuer cette gabegie au vu des désagréments subis par les usagers, les riverains ? n'est-il pas temps d'envisager sérieusement d'arrêter les TER à Talence Médoquine ?
L'arrêt à Talence Médoquine des TER Bordeaux-Le Verdon aurait desservi le domaine universitaire de Talence et la commune de Talence, aurait augmenté la fréquentation de la ligne, aurait évité la création de TER qui circulent pratiquement à vide, aurait limité la pollution atmosphérique, n’aurait pas gêné les riverains pessacais.
C'était cela l'intérêt général

Germain Suys

dimanche 22 octobre 2017

BORDEAUX-LE VERDON : UNE FRÉQUENTATION EN CHUTE LIBRE

Voici les chiffres de fréquentation annuelle des points d'arrêt de la ligne ferroviaire Bordeaux - Le Verdon : Ces chiffres sont publiés par la SNCF pour l’ensemble du réseau national sur le site : https://ressources.data.sncf.com/explore/dataset/frequentation-gares/.
Les nombres indiqués correspondent au nombre annuel de voyageurs montés + descendus au point d’arrêt considéré (TER – Intercités – TGV)
FRÉQUENTATION DES ARRÊTS DE LA LIGNE BORDEAUX – LE VERDON

2014
2015
2016
Variation 2014/2016
Mérignac-Arlac

  89 657
   84 344
 78 456
– 12,5%
Caudéran

  45 765
  45 749
 39 088
– 14,6%
Bruges

  30 466
  26 547
 19 791
– 35%
Blanquefort

124 165
113 035
 95 716
– 23%
Ludon

  28 977
  25 717
 19 232
– 33,6%
Parempuyre

  18 903
  17 805
 16 472
– 12,9%
Macau

  41 984
  35 027
 26 654
– 36,5%
Margaux

  31 661
  27 088
 20 957
– 33,8%
Moulis-Listrac

  21 787
  18 068
 14 525
– 33,3%
Pauillac

  58 291
  56 956
 49 160
– 15,6%
Lesparre

  70 458
  65 433
 59 850
–15%
Soulac

  31 485
  31 684
 29 302
– 7%
Le Verdon

    6 047
    7 508
   5 467
– 9,6%
TOTAL

599 646
554 961
474 670
– 20,8%
Bordeaux St Jean

12 018 728
11 975 482
12 253951
+ 2%


COMMENTAIRES SUR CES RÉSULTATS

La baisse de trafic est importante, elle touche tous les points d’arrêt, elle est constante depuis septembre 2012.
Trois causes majeures à cette baisse de trafic :
1° La fermeture de la gare de Ravezies le 25 août 2012.
2° L’augmentation de 10 minutes du temps de parcours de tous les TER entre Bruges et Talence Médoquine du 1er février 2013 au 1er juillet 2017.
Les usagers n’ont manifestement pas apprécié que matin et soir, leurs temps de voyage soient augmentés.
Cette augmentation n’avait aucune justification matérielle ; elle n’avait qu’une raison politique : prétendre dans le dossier d’enquête publique concernant le triangle des Echoppes de Pessac que la reconstitution de ce triangle allait faire gagner 10 minutes à tous les voyageurs ; ce qui était totalement faux.
3° La fréquence des incidents liés à la vétusté des installations de traction électrique (couramment appelées : la caténaire).
Germain Suys